Myriam Revault d’AllonNes 

La faiblesse du vrai 
Édition du Seuil


La faiblesse du vrai compte parmi les ouvrages sélectionnés par les jurys respectifs du prix du Livre Politique et du prix des Députés. L’ouvrage de Myriam Revault d’Allonnes est un livre fondamentalement politique. Mais il n’est pas un essai politique. Il est un ouvrage philosophique, qu’il est partant délicat d’aborder de façon hâtive.

Il propose une réflexion sur la notion nouvelle de la « post-vérité ». Myriam Revault d’Allonnes exclut tout commentaire de l’actualité et présente plutôt une contextualisation de cette notion dans un cadre plus étendu et une temporalité plus longue.

En dégageant ainsi « une généalogie conceptuelle et historique », elle vise ainsi à accéder au sens de la « post-vérité » (de quelle vérité s’agit-il ?), à comprendre la façon dont elle s’inscrit dans notre modernité (que dit-elle de notre société et de notre époque - ou de notre ère ?) et à saisir la façon dont elle renouvelle la question plus fondamentale de la vérité en politique ou, plus précisément, du politique.

La lecture du dernier ouvrage de Myriam Revault d’Allonnes illustre l’apport particulier de la philosophie à la réflexion sur le politique afin de penser ce que nous vivons. Elle nous rappelle que la politique, en particulier dans un cadre démocratique, vise l’édification d’un monde commun permettant l’expression de la pluralité humaine, d’un « sens commun que nous avons en partage et qui nous permet d’échanger les uns avec les autres, d’entretenir avec le monde une relation sensible à laquelle nous pouvons nous fier ».

On comprend que la post-vérité soulève des enjeux au-delà du strict cadre politique. Elle questionne les relations entre les individus et la façon dont chacun, individuellement et collectivement, se réapproprie le monde.