Dominique Schnapper 

La citoyenneté à l’épreuve
Édition Gallimard - Collection NRF Essais


Le livre de Dominique Schnapper peut être recommandé à différents lecteurs.

La citoyenneté à l’épreuve, paru aux éditions Gallimard, dans la collection « NRF Essais », est un essai politique. Comme tout essai politique il s’adresse à tout citoyen. On pourrait interpréter le titre comme une interpellation qui pourrait concerner chacun d’entre nous. Toute référence à l’actualité, qui serait à plusieurs égards justifiée, détournerait le livre de sa temporalité. Sa temporalité, elle est celle du politique dans son temps long, celle des institutions. C’est l’actualité qui s’inscrit dans la réflexion proposée par la sociologue et politologue française à la tête du « Conseil des sages » de la laïcité, et non le contraire.

L’essai de Dominique Schnapper est un ouvrage de sciences sociales, à certains égards une synthèse de sciences sociales, et plus particulièrement d’études juives (ou Jewish Studies, selon la terminologie du monde universitaire, à côté des Black Studies ou des Feminist Studies par exemple). Mais La citoyenneté à l’épreuve n’est pas seulement une synthèse, dans laquelle on retrouvera des apports de l’histoire - le livre propose une longue analyse historique -, de la sociologie, de l’anthropologie et de la philosophie - la politologue inscrit ses travaux dans la continuité de ceux de Hannah Arendt. Il développe également une thèse : celle de la fragilité des démocraties. Une fragilité fondamentale plutôt que contextualisée, puisqu’elle est celle du projet civique ou du « principe civique ».

Il propose un prisme d’analyse particulier de la démocratie. L’auteur exprime clairement son entreprise dans son introduction : elle souhaite « contribuer à inscrire le rapport des Juifs au politique dans la réflexion sur la démocratie contemporaine ». Elle analyse le projet démocratique et la modernité politique, et plus particulièrement la promesse républicaine, à travers l’expérience politique des Juifs, minorité historique de nos sociétés, en France et en Europe. Le sous-titre de La citoyenneté à l’épreuve est « La démocratie et les juifs ». C’est en France que l’émancipation juridique et politique des Juifs a été consacrée à travers un texte fondateur, le décret du 27 septembre 1791. La réflexion de Dominique Schnapper impliquera assurément les lecteurs touchés  de près ou de loin par la « question juive ». Il est opportun de rappeler que la France compte dans sa population la plus grande communauté juive d’Europe et la troisième dans le monde, derrière Israël et les Etats-Unis. La réflexion de Dominique Schnapper intéressera également ceux qui sont portés, plus généralement, sur les conditions des minorités dans notre société.

Ce livre concernera l’ensemble des individus qui s’interrogent sur leurs traditions, transmissions, héritages et identités ethniques et culturelles, sur la place de leurs « fidélités particulières » dans une société moderne, démocratique et républicaine. Dominique Schnapper discute les fondements de l’idée démocratique et de notre modernité politique. L’une des dernières phrases de l’ouvrage pose un diagnostic qui pourrait être interprété comme une invitation à réinscrire le politique dans le temps long ou, pourrait-on simplement le formuler, à nous réconcilier avec notre - nos - passé pour mieux le projeter dans un horizon futur : « Le refus explicite d’invoquer la légitimité de la tradition contribue à la vulnérabilité des démocraties, ancrées dans le présent, sans passé reconnu et sans horizon, animées par la seule recherche du bien-être de leur membre. »

Aux autres lecteurs, ceux qui ne se sentiraient, pas concernés, ou intéressés par les éléments plus haut présentés, et notamment les modernes « radicaux » - peut-être une grande partie de notre société -, en particulier ceux qui adhèreraient à une démocratie conjuguée au présent, à une identité commune sans transmissions, cultures ou héritages particuliers, permise par une ère nouvelle qui fait des technologies et du numérique les finalités du politique et de notre société, nous recommanderons davantage encore la lecture du livre de Dominique Schnapper. Il donne une autre clé de lecture de notre société contemporaine. Mais, plutôt que commencer la lecture à la première page, nous recommanderions une autre porte d’entrée, la page 322. La membre honoraire du Conseil constitutionnel écrit : « L’innovation elle-même élabore sa tradition, il existe une tradition de l’innovation scientifique ou artistique. Les philosophes des Lumières se sont opposés aux traditions religieuses qu’ils assimilaient à l’obscurantisme et ils ont créé la leur. »

A tous les citoyens et lecteurs.