28JLP- FACEBOOK.png
 
Etienne+Gernelle.jpg

ETIENNE GERNELLE

Directeur du Point


Comment ne pas devenir l’idiot-utile

des inutiles-odieux


Nos libertés en danger ? N’exagère-t-on pas un peu ? « Nous sommes tous des farceurs : nous survivons à nos problèmes », écrivait Cioran. L’Etat de droit, en France en Europe, reste un socle solide, protégé par les constitutions, ainsi que la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme.

On peut donc se gondoler doucement lorsqu’on entend chez nous des tartufes hurler à la dictature naissante s’agissant d’Emmanuel Macron et des LBD utilisés par la police, tout en criant au coup d’Etat au Venezuela contre Nicolas Maduro, qui, lui, a violé la Constitution, truqué les élections, enfermé des opposants, et par ailleurs affamé son peuple alors que la corruption enrichissait les dignitaires de son ubuesque régime. 

Pourtant, on en voit régulièrement sur les plateaux télévisés, de ces clownesques analystes politiques, chavistes par procuration, confondant l’Orénoque et le canal Saint-Martin. « Il ne suffit pas d’être inutile, disait Francis Blanche, encore faut-il être odieux »

Mais est-ce si grave ? La liberté d’expression est aussi la faculté de raconter n’importe quoi. Après tout, nous avons eu en France un parti (communiste) qui a pu participer au gouvernement tout en défendant les « démocraties populaires » du bloc soviétique. Et ce sans que la France ne devienne pour autant l’une d’entre elles, avec parti unique et camps de travail… 

Il est vrai cependant que dans le débat d’aujourd’hui, l’attrait pour les régimes autoritaires est puissant. Il est certain que la Russie, usant d’une tactique numérique agressive (mais low cost, elle n’est pas riche), s’emploie à souffler sur ces braises là. Emmanuel Macron s’en plaint, Angela Merkel s’en agace. Est-ce suffisant pour menacer nos libertés ? 

La percée de ces populistes de droite ou de gauche (à un certain point on a du mal à faire la différence) serait-elle la même sans l’appui russe ? Difficile à dire. L’Europe peut-elle basculer ? Rien n’est certain, même si l’Italie, grand pays fondateur de l’Union, est tombée démocratiquement dans les bras d’une alliance dont les références sont assez angoissantes. Pour autant, le pays n’est devenu ni le Venezuela, ni la Biélorussie. Et le gouvernement Conte fait même attention à ne pas trop piétiner les règles budgétaires de l’euro. 

En attendant, il faut bien constater que la défense et illustration de notre mode de vie et de son fondement, la démocratie libérale, est bien mal assurée. Comme si la raison devait forcément être timide.

Le pire, bien sûr, serait de jouer le jeu des enragés ou des écervelés. En France, le projet de loi qui vise à prononcer des interdictions de manifester pour ceux qui se sont rendus coupables de violences est idiot et inutile. Cette mesure transformerait ses promoteurs, précisément, en idiot-utiles des groupes qu’elle entend contrer, en leur fournissant sur un plateau la posture de martyr dont ils rêvent.

De même, la tentation de mettre en place des autorités administratives – « indépendantes » ou pas – pour réguler les réseaux sociaux, terrain de jeu favori des mêmes populistes, est un piège plutôt évident: le procédé n’empêcherait rien de circuler - connaissent-ils le darknet ?- , et offrirait un joli label de résistance aux ventilateurs à bobards qu’il prétend combattre. Sans compter qu’au passage, tout cela s’imposerait, quoi qu’on en dise, aux journaux. Une fâcheuse nouveauté depuis 1881, lorsque la grande loi sur la liberté de la presse abolit tout contrôle autre que celui du juge, et a postériori.

Lors de la discussion de cette brillante loi, certains députés, inquiets de la force encore conséquente des monarchistes et bonapartistes, voulaient instituer un délit d’outrage à la République. Clemenceau s’y opposa, assurant que « la République vit de liberté » et sait très bien se défendre seule. Infinie sagesse de celui qui ne fût ni un naïf ni un mou... 

 

Etienne Gernelle, Directeur du Point


Pour s’inscrire à la 28ème Journée du Livre Politique :