Dominique+Reyni%C3%A9+T%C3%A9moignage+JLP+2018.jpg

Dominique Reynié

Professeur des Universités à Sciences Po Paris,

directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol)  


Que devient notre liberté d’opinion ?

On sait que l’avènement de la démocratie parlementaire est intimement lié à l’émergence d’une presse en mesure de circonscrire un espace public et de le réguler. La liberté d’opinion et la liberté de la presse ont été formalisées dans la seconde moitié du xixe siècle [1]. Il existe des origines philosophiques et juridiques communes aux différents régimes de liberté, ainsi que des convergences. Pendant un siècle, la liberté d’opinion et la liberté de la presse se sont déployées dans un univers juridiquement, techniquement et culturellement circonscrit au cadre national. Ce n’est plus le cas désormais. Potentiellement, les messages circulent partout dans le monde. L’affaiblissement tendanciel des sanctions pénales contre la presse et l’extension continue de la liberté d’opinion sont observables jusqu’à la fin des années 1980. Mais un tournant a lieu en 1988, avec la publication du roman Les Versets sataniques de Salman Rushdie et les réactions violentes suscitées à travers le monde suite à cette parution, provoquant plusieurs morts. Depuis, d’autres crises ont éclaté, comme l’affaire des caricatures danoises, en 2004, ou encore l’attentat islamiste contre la rédaction de Charlie Hebdo, en 2015.

Si, dans les démocraties, les législations sont nationales et libérales, l’espace de réception des messages est devenu global. Le libéralisme pénal national est désormais menacé par la montée d’une intolérance culturelle transnationale. Si l’on ajoute à cela, d’une part, le retour d’une censure d’État, appliquée en particulier aux réseaux sociaux et aux sites Internet, au nom de la lutte contre le terrorisme, et, d’autre part, le filtrage ou la capacité de référencement que possèdent, par position, les grandes compagnies qui font le Web, l’opinion et la presse pourraient ne plus connaître le même régime de liberté qu’elles ont connu.

[1]. Voir mon livre Le Triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du xvie au xxe siècle, Odile Jacob, 1998.

Dominique Reynié

Professeur des Universités à Sciences Po, directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol)


Dominique Reynié a récemment dirigé la publication de l’ouvrage Où va la démocratie ? Une enquête internationale de la Fondation pour l’innovation politique, Plon, 2017.