Journée du Livre d'Economie 2016
Inscrivez-vous à notre newsletter !
Please wait
 
Nous suivre sur :
Facebook Twitter Youtube Flickr
 
 
 

Finalistes du Prix lycéen "Lire l'Economie" 2016

 

Le ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, a sélectionné les trois ouvrages qui concourront pour le Prix lycéen "Lire l'Economie" 2016. Cette sélection sera soumise au vote de lycéens, sous la responsabilité de leur professeur, qui éliront le lauréat selon le principe "une classe égale une voix". 

Le Prix lycéen "Lire l'Economie" 2016 sera remis lors de la 18ème Journée du Livre d'Economie, le mercredi 14 décembre 2016, au ministère de l'Economie et des Finances, à Bercy, par la ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Najat Vallaud-Belkacem

 

(par ordre alphabétique d'auteur)

 

  • La folie des banques centrales - Pourquoi la prochaine crise sera pire, de Patrick Artus et Marie-Paule Virard, (Fayard), janvier 2016

 

Et si la monnaie était une chose trop sérieuse pour être confiée à nos banquiers centraux ?

Mario Draghi (zone euro), Janet Yellen (Etats-Unis) et quelques autres, encore inconnus hier, sont devenus les nouveaux maitres du monde et jouissent désormais d’un pouvoir fou.

En 2008, ils ont voulu éviter un désastre encore plus grave que celui de 1929 en injectant des milliers de milliards de dollars ou d’euros dans l’économie. Aujourd’hui, on compte sur eux pour faire repartir la croissance, combattre la déflation, résoudre les problèmes d’endettement des Etats ou empêcher l’éclatement de l’euro. 

Mais nos banquiers centraux ont échoué à faire redémarrer la machine. Pis encore, en nous inondant de liquidités, ils jouent un jeu dangereux. Par leur inconséquence, ils nous ont installés dans l’ère de la crise financière permanente, où chaque secousse sera suivie de répliques encore plus courtes et dévastatrices.

Les auteurs décortiquent l’engrenage infernal dans lequel les banques centrales nous entrainent et expliquent à quoi pourrait ressembler une « bonne » politique monétaire, créatrice de prospérité, de richesses et d’emplois.

 

 

 

Chef économiste de Natixis, Patrick Artus est professeur à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne. Marie-Paule Virard est journaliste économique. Elle a notamment publié avec Patrick Artus « Le capitalisme est en train de s’autodétruire », « La France sans ses usines », « Croissance zéro, comment éviter le chaos ».

 

 

 

  • Tous rentiers! Pour une autre répartition des richesses, de Philippe Askénazy, (Odile Jacob), février 2016

 

 

Comment réduire les inégalités et mieux répartir les revenus ? Comment faire pour que chacun récupère sa « part de rente » ?

Dans ce livre, Philippe Askenazy nous le démontre : la distribution actuelle des richesses est loin d’être naturelle ; elle résulte de l’explosion des rentes et de leur captation par les acteurs les mieux dotés du jeu économique. Sous couvert de démocratiser la propriété (« tous propriétaires »), on a laissé quelques entreprises – et derrière elles des individus – s’emparer de nos données (« tout propriété »).  Dans cette course à la rente, nous dit-il, le monde du travail est le grand perdant : tandis que de nombreux emplois alimentent les rentes capitalistiques par un surcroit de productivité, ils sont stigmatisés comme improductifs et leurs rémunérations stagnent.

 

Au-delà de l’affaiblissement nécessaire du « tout propriété », Philippe Askenazy invite le monde du travail à se remobiliser. Car, contrairement aux idées reçues, ce dernier n’est ni éclaté ni amorphe. Et à l’heure où le capitalisme s’enfonce dans une crise déflationniste, réhabiliter ceux qui portent la croissance par leurs efforts est tout simplement un impératif de survie.

 

Un livre économique très fort, mais aussi un livre de combat pour tenter de répartir plus équitablement les richesses.

 

Philippe Askenazy est directeur de recherche au CNRS-Ecole d’économie de Paris et professeur à l’Ecole normale supérieure. Auteur de nombreux ouvrages sur l’économie et le travail, il est l’un des initiateurs des Economistes Atterrés. 

 

 

  • L'Homme nu - La dictature invisible du numérique, de Marc Dugain et Christophe Labbé, (Plon), avril 2016

 

 

 1984 d’Orwell parlait d’une dictature violente. Le monde des Big Datas à l’horizon de la moitié de ce siècle sera celui d’une hégémonie à la fois douce et totalitaire. La fin de la penée grecque est en marche et avec elle une époque de l’humanité bientôt révolue.

 

On les appelle les Big Datas. Google, Apple, Facebook ou Amazon, ces géants du numérique, qui aspirent à travers Internet, smartphones et objets connectés, des milliards de données sur nos vies.

Derrière cet espionnage, dont on mesure chaque jour l’ampleur, on découvre qu’il existe un pacte secret scellé par les Big Datas avec l’appareil de renseignement le plus puissant de la planète. Cet accouplement entre les agences américaines et les conglomérats du numérique, est en train d’enfanter une entité du genre nouveau. Une puissance mutante, ensemencée par la mondialisation, qui ambitionne ni plus ni moins de reformater l’Humanité.

La prise de contrôle de nos existences s’opère au profit d’une nouvelle oligarchie mondiale. Pour les Big Datas, la démocratie est obsolète, tout comme ses valeurs universelles. C’est une nouvelle dictature qui nous menace. Une Big Mother bien plus terrifiante encore que Big Brother.

Si nous laissons faire nous serons demain des « hommes nus », sans mémoire, programmés, sous surveillance. Il est temps d’agir.

 

 

Marc Dugain est romancier (La Chambre des officiers, la Trilogie de l’empriseLa Malédiction d’Edgar entre autres). Il est également chroniqueur aux Echos week-end, réalisateur et scénariste. Il a réalisé plusieurs grandes enquêtes notamment sur le naufrage du sous-marin Koursk et sur le crash du MH 370.

 

 

Pour plus d'informations sur la participation au Prix lycéen "Lire l'Economie" 2016

http://eduscol.education.fr/cid90517/le-prix-lyceen-de-l-economie-2016.html?lang=fr



Retour Retour