Actualités
Inscrivez-vous à notre newsletter !
Please wait
 
Nous suivre sur :
Facebook Twitter Youtube Flickr
 
 
 
20/06/17

La chronique politique de Luce Perrot du mardi 20 juin

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 20 juin sur Radio RCJ, François Bazin pour son ouvrage, "Rien ne s'est passé comme prévu", aux éditions Robert Laffont.

« C'est l'histoire d'un grand basculement. Elle met en scène des ambitions peu communes et des trahisons d'une qualité rare. Elle raconte à la fois un échec sans précédent, puisque soldé par un renoncement lui aussi inédit, et une conquête d'une audace incroyable, puisque partie de rien, si ce n'est des rêves d'un jeune homme à l'appétit carnassier.

Emmanuel Macron est l'enfant du règne. Le double et le contraire. L'héritier et l'inverse. Qui dit mieux, au moins dans la conquête ? Celle-ci n'a pas été le fruit d'une improvisation. Elle vient de loin. Ella a été préméditée. C'est en cela que le crime fut parfait. La victime et l'assassin l'ont souvent admis, à l'heure des confidences. Tout cela a été fait "avec méthode", comme l'a dit un jour l'ancien président. Et maintenant ? Personne ne saura jamais ce que pensaient vraiment Emmanuel Macron et François Hollande lorsque, un matin de la mimai 2017, à l'Élysée, l'un est devenu retraité et l'autre président. On fera ici l'hypothèse qui en vaut bien d'autres qu'ensemble, fût-ce un bref instant, ils se sont remémoré cette histoire de cinq ans qu'ils ont vécue côte à côte, chacun à sa façon, et qu'il s'agit de raconter à présent dans sa totalité parce qu'on n'en reverra pas de sitôt de plus ébouriffante. » F.B.

 

14/06/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 13 juin 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 13 juin sur Radio RCJ, Frédéric Mitterrand pour son ouvrage, "Le pays de l'innocence", aux éditions Robert Laffont.

« Mon oncle François, entièrement tourné vers l'action et la conquête du pouvoir, a rarement évoqué son enfance. Elle n'apparaît que par bribes dans les livres qui lui ont été consacrés. On retient généralement qu'elle fut heureuse et qu'il en retira les ressources indispensables pour mener cette carrière éclatante dont même ses contempteurs les plus acharnés reconnaissent l'obstination et la puissance mystérieuse. Mon père, son aîné d'un an, évoquait souvent leurs premières années, avec un réel talent de conteur qui faisait revivre une famille inconnue de moi, des histoires anciennes et un cadre de vie provincial et suranné. En m'appuyant sur le souvenir de ces récits, j'ai cherché à reconstituer l'enfance de François, à partager ses premières affections et ses chagrins, ses émotions et ses ambitions. J'en ai conçu une profonde nostalgie pour ce pays de l'innocence qui fut celui de sa prime jeunesse. »

Agrémenté d'une centaine de photos inédites, Le Pays de l'innocence reprend, en l'enrichissant, le texte écrit par Frédéric Mitterrand pour son documentaire du même nom, diffusé en 2017 par La Chaîne Parlementaire - Assemblée nationale.

 

12/06/17

Lauréats des Prix du Meilleur Article Financier 2017

Marie Dancer (La Croix) et Pascal Riché (L'Obs) remportent les Prix du Meilleur Article Financier

 

Ce vendredi 9 juin 2017, Lire l'économie, la Banque de France et l'AJEF ont récompensé le travail de journalistes financiers qui contribuent à rendre l'économie davantage lisible. Anne Le Lorier Premier Sous-Gouverneur de la Banque de France accompagnée par les membres du jury* a remis ces prix à : 

Marie Dancer (La Croix) dans la catégorie Jeune Journaliste pour ses articles : La fébrilité s’accroit en Grande-BretagneLa mobilité, un atout pour l’emploi ? et Theresa May cherche encore sa voie 

-Pascal Riché (L'Obs) dans la catégorie Journaliste Confirmé pour son article : Le sardex, une petite monnaie qui monte

Le Prix du Meilleur Article Financier créé en 2010 par Luce Perrot, présidente de Lire l’Economie, en partenariat avec l’AJEF et la Banque de France, a pour but de mettre en valeur et de récompenser le travail des journalistes, permettant aux citoyens de mieux appréhender les sphères économiques et financières, jugées souvent comme lointaines et difficiles à comprendre.

*Serge Marti (Président d'honneur), Françoise Crouïgneau (Présidente exécutive), Luce Perrot (Secrétaire générale), Yann Algan, Agnès Bénassy-Quéré, Philippe Chalmin, Annie Cot, Olivier Pastré, Xavier Ragot, Alain-Gérard Slama, ainsi que les représentants de la Banque de France : François de Coustin (Conseiller Patrimoine, Histoire et Mécénat auprès du gouverneur), Anne Le Lorier (Premier Sous-Gouverneur), Marc-Olivier Strauss-Kahn (Directeur général des Etudes et des Relations internationales)

Retrouvez ici le communiqué de presse de la Banque de France

Le jury du Prix du Meilleur Article Financier accompagné des lauréats et des finalistes

copyright Banque de France-Philippe Jolivel

 

7/06/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 6 juin 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 6 juin sur Radio RCJ, René Dosière pour son ouvrage, "Argent, morale, politique", aux éditions Seuil.

René Dosière est un rocardien de la première heure. «Penser clair, parler vrai, agir juste » est resté sa devise. C’est au nom de ses convictions qu’il dénonce depuis de nombreuses années gabegie, mauvaise gestion et pratiques douteuses dans l’organisation de nos finances publiques.

En fin de mandat présidentiel de la gauche, il dresse un état complet de la situation budgétaire de la France, des avancées et des blocages, et apporte des réponses précises et nouvelles sur le coût des campagnes électorales, la rémunération des élus, le financement des partis, le train de vie des pouvoirs publics…Fort de son expérience, il propose des solutions vers plus de rigueur, de transparence et de contrôle démocratique.

Le député René Dosière a décidé de ne pas se présenter aux législatives en 2017, il est donc, plus que jamais, libre de sa parole, libre d’intervenir dans la campagne présidentielle, pour exiger qu’entre argent et politique la morale s’impose.

René Dosière est député de l’Aisne et ancien vice-président de l’Assemblé nationale. Il s’est fait connaître par son travail scrupuleux et tenace sur la gestion des finances publiques. Il est l’auteur notamment de L’argent caché de l’Élysée (2007), L’argent de l’État (2012), L’État au régime (2012).

 

2/06/17

Lauréats du Prix du livre d'histoire contemporaine

A l'occasion de la 3ème édition du Quartier du livre, l'association Lire la société a organisé le Prix du livre d'histoire contemporaine le lundi 22 mai 2017 au Panthéon

La remise du Prix s'est déroulée sous la présidence de Jean-Louis Debré, en présence des membres du jury François Bazin, Florence Berthout, Gaëtan Bruel, Catherine Clément, Michèle Cointet, Jérôme Cotillon, Renaud Dély, Olivier Forcade, Jean Garrigues, Heloïse Kolebka, Guillaume Leyte, Cédric Lewandowski, Paul-Henri du Limbert, Luce Perrot, Jacques de Saint-Victor, Annette Wieviorka et du Président du centre des monuments nationaux Philippe Bélaval qui accueillait pour la première fois cette manifestation.

 

Remise du prix du livre d'histoire 2017 - (De gauche à droite) Gaëtan Bruel, Philippe Bélaval, Guillaume Leyte, Cédric Lewandowski, Luce Perrot, Renaud Dély, Jean-Louis Debré, Florence Berthout, Catherine Clément, Heloïse Kolebka, Michèle Cointet, Jérôme Cotillon, Olivier Forcade, Jacques de Saint-Victor, Jean Garrigues, Annette Wieviorka 

Crédit photo : Michel Sidhom

 

Les ouvrages finalistes étaient les suivants (par ordre alphabétique d'auteur) Parties de campagne, la saga des élections présidentielles par Gérard Courtois publié chez Perrin, La promesse de l'Est - Espérance nazie et génocide, 1939 - 1944 par Christian Ingrao publié au Seuil, Un attentat Petit-Clamart, 22 août 1962 par Jean-Noël Jeanneney publié au Seuil


Le jury a décerné à l'unanimité un prix spécial à Jean-Noël Jeanneney pour les exceptionnelles qualités de son ouvrage. Et c'est Christian Ingrao qui a été primé à une très large majorité pour son livre.


       

 

                Christian Ingrao Lauréat du prix du livre d'histoire contemporaine 2017

                                                      Crédit photo : Eric Fougères

 

31/05/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 30 mai 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 30 mai sur Radio RCJ, Emilie Lanez pour son ouvrage, "La garçonnière de la République", aux éditions Grasset.

Caché par des arbres centenaires, protégé par des dizaines de caméras à infrarouge, le petit palais est invisible. Ce qui se trame au fond du parc de Versailles nous échappe : la royauté a des charmes que la démocratie ignore…

Ceux qui ont été invités à La Lanterne affectent d’avoir tout oublié. François Hollande lui-même, pourtant prolixe, fait répondre qu’il peut parler de tout, tout… sauf de La Lanterne, le lieu le plus secret de la République.

Quand ils s’y installent, nos élus se croient à l’abri des regards. Maîtresses, courtisans, copains, chanteurs, argent liquide et toiles de maître, ils s’adonnent ici à mille caprices, abusent de leurs privilèges et s’enivrent de ne pas avoir à rendre compte.

Dans ce décor charmant, les personnages s’appellent Cécilia et Carla Sarkozy, Valérie Trierweiler et Julie Gayet, François Mitterrand, Jacques Chirac, André Malraux, sans oublier les jardiniers, serveurs, cuisiniers et gardes du corps. Les réveillons du président, les serviettes armoriées pour les amis, les visiteurs du dimanche, et les draps blancs froissés au petit matin… Cinquante ans de vie politique française dévoilés.

 

24/05/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 23 mai 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 23 mai sur Radio RCJ, Gérard Courtois pour son ouvrage, "Parties de campagne", aux éditions Perrin.

Les petites et la grande histoire du sacre républicain.

De Gaulle l'intouchable en ballottage, en 1965. Son dauphin Pompidou élu en force, en 1969. Giscard d'Estaing d'un cheveu, en 1974. La « force tranquille » de Mitterrand, en 1981, puis sa « France unie », en 1988. La revanche de Chirac le miraculé, en 1995. Le coup de tonnerre du 21 avril 2002. Sarkozy l'intrépide à l'abordage, en 2007. Hollande le rusé à l'usure, en 2012... en attendant le champion de 2017.

Neuf campagnes présidentielles, 91 candidats, 7 élus : depuis un demi-siècle, c'est le grand feuilleton de l'histoire de France, avec ses ténors, ses seconds rôles et ses figurants, sa dramaturgie orchestrée et ses rebondissements spectaculaires, ses échecs et ses résurrections, ses espoirs et ses désillusions, ses coulisses, ses répliques fameuses et ses scènes cultes.

Certes, tout a changé depuis un demi-siècle : le décor national, le théâtre politique, les accessoires de scène, la diction et le style des acteurs, sans oublier le comportement des électeurs spectateurs. Mais le ressort de l'intrigue est toujours aussi puissant : la fascination de l'Elysée, la passion du pouvoir jusqu'à l'obsession. Et la force de persuasion, l'intelligence du pays, l'habileté machiavélique, l'énergie sans limites, la ténacité sans faille qui y conduisent.

Après coup, le scénario de chaque épisode semble écrit d'avance. Sur le moment, il n'en fut rien. C'est la saga des présidentielles vécues aux premières loges – celles du Monde–, depuis 1988, nourrie de multiples témoignages inédits, de centaines d'heures de documents audiovisuels, d'innombrables récits, ouvrages et articles de presse. Un récit vivant, exhaustif, riche en anecdotes et en révélations. Un nouveau regard sur la Ve République qui offre une introduction au temps présent.

16/05/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 16 mai 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 16 mai sur Radio RCJ, Quentin Lafay pour son ouvrage, "La place forte", aux éditions Gallimard.

«Entre l'heure à laquelle je fus nommé Ministre des Finances et l'instant de ma démission, six jours se sont écoulés. Je suis parti du ministère à pied, en catimini, alors que la nuit couvrait encore d'un voile sombre la capitale ensommeillée.

Ce jour-là, si l'on m'avait retrouvé, si l'on m'avait forcé à justifier mon départ, j'aurais certainement invoqué des raisons politiques. J'aurais parlé de mon désaccord profond avec le Président de la République. J'aurais fait étalage de ma colère, j'aurais évoqué mon amertume face au Gouvernement qui, gangrené par le cynisme, cherchait alors à sortir la France de l'Union européenne. Disant cela, j'aurais tu l'essentiel.

J'aurais passé sous silence l'amour que je portais à un être perdu, le malaise, les tensions qui n'ont cessé de me traverser durant ces six jours, le moule rigide dans lequel je n'ai pas su entrer. Aujourd'hui, je n'ai plus droit au beau rôle. Après quatre années de réflexion, je souhaite prendre le temps de relater ce qui m'a vraiment poussé à dire adieu au pouvoir.»

 

15/05/17

Les finalistes du prix du livre d'histoire contemporaine

A l'occasion de la 3ème édition du Quartier du livre, l'association Lire la société organise le Prix du livre d'histoire contemporaine.

Le 9 mai, le jury du prix du livre d'histoire contemporaine s'est réuni à la mairie du Vème afin d'effectuer la sélection des 3 finalistes. 

Sont toujours en lice :

-"La promesse de l'Est - Espérance nazie et génocide, 1939 - 1944" par Christian Ingrao publié chez Seuil

-"Un attentat Petit-Clamart, 22 août 1962" par Jean-Noël Jeanneney publié chez Seuil

-"Parties de campagne, la saga des élections présidentielles" par Gérard Courtois publié chez Perrin

 

10/05/17

la chronique politique de Luce Perrot du mardi 9 mai 2017

Retrouvez ici la chronique politique de Luce Perrot, qui a reçu, mardi 9 mai sur Radio RCJ, Béatrice Giblin pour son ouvrage, "Le paradoxe français", aux éditions Armand Colin.

Les Français n’ont pas le moral. Situation économique incertaine, climat social préoccupant, sentiment d’insécurité, perte de puissance au sein de la communauté internationale… autant d’éléments qui viennent entretenir pour certains la nostalgie d’une grandeur passée, pour d’autres un réel pessimisme quant à leur avenir.

Dans le même temps, les Français ont toujours été perçus et se définissent eux-mêmes comme un peuple « arrogant ». Cette supposée arrogance est en fait liée à la très singulière histoire de la France, patrie des droits de l’homme, terre d’immigration, « Grande » porteuse de valeurs républicaines et laïques, histoire dont ils sont légitimement fiers.

Mal à l’aise avec l’idée de « nation » et avec les symboles qui lui sont liés, les Français semblent ainsi aujourd’hui tiraillés entre fierté et auto dénigrement, dans un contexte où « l’identité nationale » se cherche une définition et où la France, pour ce qu’elle représente, est prise pour cible.

 

Cet essai singulier et citoyen vient éclairer ce paradoxe.